Actualités

Plus d'un Français sur deux contre le regroupement familial et pour l'instauration du droit du sang

Plus d'un Français sur deux contre le regroupement familial et pour l'instauration du droit du sang

Une vaste enquête menée par Le Figaro montre qu’une large majorité de Français est favorable à des mesures vigoureuses pour limiter les flux de migrants.

Que pense la France de l’immigration ? Dans son dernier numéro d’enquêtes, Le Figaro publie un vaste recueil d’entretiens, d’analyses et de reportages des meilleurs spécialistes du sujet, ainsi que les résultats d’un sondage Ifop sur la perception qu’ont les Français de l’immigration. Et les résultats sont nets : ils ne sont pas satisfaits de la façon dont le gouvernement lutte contre l’immigration clandestine et sont favorables, pour une large majorité, à des mesures vigoureuses pour limiter les flux de migrants.

Passer d’une immigration subie à une immigration choisie

Ainsi, plusieurs questions ont été posées à un panel de personnes par l’institut de sondage sur leurs opinions par rapport à ce que l’on peut entendre au sujet de l’immigration. Résultat : 78% des Français estiment qu’il faut passer d’une immigration subie à une immigration choisie et 64% estiment que l’on en fait plus pour les immigrés que pour les Français. Deux autres enseignements : l’immigration est une chance pour la France seulement pour 37% des personnes interrogés et 32% jugent que les pouvoirs publics luttent efficacement contre l’immigration clandestine.

L’Ifop a également demandé aux sondés s’ils souhaitaient ou non la suppression de l’acquisition automatique de la nationalité française pour les enfants nés en France de parents étrangers et l’instauration du droit du sang. Là encore, le résultat est sans appel : plus de la moitié (58%) des Français sont favorables à une telle mesure, dont 30% « tout à fait d’accord ». De plus, 55% des Français voudraient également la suppression du regroupement familial, cette procédure que la France a mis en place en 1976 et qui permet à un étranger non-européen, titulaire d’une carte de séjour, de faire venir en France son conjoint et ses enfants sous condition de ressources et de logement.

Actualités
Aidez La Chaîne Verte