À propos de viol

Un migrant afghan de 26 ans, soupçonné d'avoir violé une femme enceinte à Calais (Pas-de-Calais), a été mis en examen pour viol et incarcéré dimanche, a-t-on appris lundi 20 avril auprès du procureur de la République de Boulogne-sur-Mer.

Selon Pascal Marconville, les faits se sont déroulés samedi en périphérie du centre-ville. L'homme ne connaissait pas sa victime, «elle faisait sa petite sortie quotidienne, il l'a croisée, il a dit avoir eu une pulsion et l'a agressée sexuellement», a affirmé le procureur à l'AFP, confirmant une information de Nord Littoral.

D'après Pascal Marconville, la victime était enceinte de quatre mois, mais «n'avait pas les apparences d'une femme enceinte». «Un témoin ayant assisté à l'agression a mis en fuite» l'auteur présumé et a «prévenu les policiers qui étaient à proximité». L'individu a été interpellé dans la foulée et a «tout de suite» reconnu les faits, a indiqué le procureur de la République.

 

Épidémie importée de crime sexuels

Les nouveaux chiffres provenant de Suède sont un avertissement pour les femmes à l'encontre d'un vote favorable à l'accueil d'encore plus de réfugiés issus des pays musulmans.

92 pour cent de tous les viols graves (viols violents) sont commis par des migrants et des réfugiés. 100 pour cent des attaques de viols (où la victime et l'attaquant n'avaient pas de contact préalable) sont le fait de ce même groupe. En d'autres termes, des milliers de femmes suédoises n'auraient pas été violées et ainsi traumatisées à vie s'il n'y avait pas eu ce flux migratoire en provenance des pays musulmans.

La liste des 10 premiers pays responsables des viols au niveau national ne montre qu'un seul pays non islamique (Chili). La plupart des violeurs sont issus d'Irak, suivis des réfugiés et des migrants d'Afghanistan, de Somalie, d'Érythrée, de Syrie, de Gambie, d'Iran, de Palestine, du Chili et du Kosovo.

En tenant compte du nombre de personnes des différentes nationalités en Suède, les Afghans sont 79 fois plus susceptibles de commettre un crime sexuel que les personnes nées en tant que citoyens suédois.

L'année dernière, Peter Springare, un policier suédois, a brisé le silence du politiquement correct au sujet de l'épidémie de viol, dans ce pays dirigé par le libéral-féminisme.

Agressions. Le Parisien publie ce vendredi une longue enquête sur les viols en région parisienne et dresse le portrait-robot du violeur.

Après avoir commis un viol collectif, certains auteurs minimisent les faits. L'un d'eux déclare même que la victime ne devrait pas se plaindre, car "les femmes doivent obéir aux hommes". Pour Johan Vande Lanotte, le bourgmestre socialiste de la ville d'Ostende, il s'agit de défendre nos valeurs: "Certains nouveaux arrivants ont une image de la femme qui est problématique."

Selon le ministère italien de l’Intérieur, 42% des viols sont commis par des migrants. Une proportion qui ne cesse d’augmenter.

Harcèlement, agressions, viols… S'il a vidé les rues, le confinement n’a pas limité les agressions sexistes et sexuelles envers les femmes.

Rues désertes, transports peu fréquentés… : en cette période de confinement, de nombreuses femmes témoignent du harcèlement et des agressions sexuelles subies dans l'espace public, où elles ont désormais «autant peur le jour que la nuit».

Aidez La Chaîne Verte